fermer
Titre du message
Message d'erreur ou d'information
Chargement...
AccueilAccueil
Compte d'accèsNon connecté
Thèse ajoutée le : 18/04/2018
Note : Non évaluée

Techniques d'injection de drogues et motivations à son arrêt vues par d'anciens injecteurs. Etude qualitative à partir de quatorze entretiens et neuf vidéographies

Résumé

L’usage de drogues par voie intraveineuse est un problème de santé publique, source de nombreuses complications. La prise en charge des patients injecteurs reste problématique en médecine libérale. Je me suis questionnée sur la technique de l’injection j’ai recherché des différences entre la théorie et la pratique. J’ai également étudié les motivations à l’arrêt de l’injection et au maintien du sevrage. C’est une étude descriptive observationnelle avec une méthode qualitative basée sur quatorze entretiens semi dirigés et neuf vidéographies d’anciens UDVI en médecine générale. Nous retrouvons des expériences variées des injections sur la durée et le nombre d’injections. Le rituel de préparation et le geste de l’injection sont standardisés malgré quelques particularités. Les conditions d’hygiènes sont mises au second plan. La Stéribox®, utilisée en grande majorité, est très fréquemment réutilisée. Le partage du matériel a été pratiqué par la moitié des patients. La sclérose veineuse est la principale complication. La décision du sevrage de l’injection survient après plusieurs déclics, les motifs non médicaux sont prédominants. Les aides au maintien de l’arrêt de l’injection sont là aussi majoritairement non médicales. Le médecin généraliste est un prescripteur puis un psychothérapeute mais n’intervient que dans un second temps. L’idée que le partage soit source de contamination est intégrée pour la seringue, moins pour le petit matériel, même si cela tend à s’améliorer. La Stéribox® se perfectionne, l’enjeu actuel est le filtre. Différentes enquêtes montrent que le sevrage de l’injection est un long processus personnel de reconstruction. La politique de réduction des risques a permis des avancées pour les injecteurs de drogues. Du travail reste à faire notamment en médecine générale. Au cours du sevrage de l’injection les patients sollicitent différentes aides. Le monde médical est mis au second plan. Notre rôle est d’accompagner le patient dans ce processus.

Informations

Auteur
Catherine KASPAR
Statut
Interne
Spécialité
Médecine générale
Directeur de travail
Claude BRONNER
Université
Université de Strasbourg
Type d'études
Etude observationnelle
URL de consultation
Date de soutenance
18/10/2017
Nombre de pages
141
Nombre de lecteurs
2
Mots clés
technique
injection
drogue
intraveineuse
sevrage
motivation
Télécharger
TÉLÉCHARGER
LA PUBLICATION
Commenter
ÉVALUER
LA PUBLICATION

Commenter la publication

Précisions concernant l'ajout de commentaires.......

Noter la publication

Sélectionnez la note que vous souhaitez attribuer à cette publication
0
0.5
1
1.5
2
2.5
3
3.5
4
4.5
5

Commentaires